AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bonjour à tous et bienvenue Invité sur Time is Running Out! Le forum est OUVERT ! Amusez vous bien parmi nous!

[Bord de la Tamise] Don't Panic and take a breath [PV Clara]

 :: Le Présent :: La Terre :: Europe :: Royaume-Uni & Irlandes :: Londres :: Bord de la Tamise et les docks Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 8 Fév - 14:35
Timelord Insanity Creation
avatar
Messages : 637
Date d'inscription : 20/07/2013
Age : 922
Localisation : Au manoir

Fiche Personnage
Age: 920 ans
Groupe: Timelords
Epoque: Présent
Voir le profil de l'utilisateur http://time-is-running-out.forumactif.org
Timelord Insanity Creation

Clara
Oswald

Aelia
McPherson

Don't Panic!
Du calme et de la tranquillité ! Ca arrivait tellement rarement… Enfin cela M’ARRIVAIT tellement rarement. Nous avions enfin réussi à refermer les portes de Virtual. Les pouvoirs de ces étranges guerriers étaient repartis avec Kateleen, tandis que Ryan et Billy étaient restés, soit disant parce qu’ils se plaisaient ici. Moi j’étais plus d’avis qu’ils n’avaient pas fini de protéger cette mystérieuse enfant… Cette Milly me ressemblait tellement que cela en était tellement troublant. Je crois que la seule chose qui nous séparait, c’était ses étranges pouvoirs télékinésiques… Bref, je n’avais enfin personne dans le TARDIS, si bien que je n’entendais que le ronronnement apaisant des systèmes vitaux d’Irena. Une petite mise à jour de la database, maintenance du panel principal et enfin réfection des câbles d’alimentations principaux et secondaires. J’avais de quoi m’occuper.

Je repensais à tout ce qu’il s’était passé… Ce nouveau Docteur avait eu le don de me mettre les nerfs en pelote ! Oui c’était un Docteur, mais il était tellement antipathique. M. Grognon, je l’appelais. Mais il avait un bon fond, si bien que je commençais enfin à l’apprécier et à lui trouver des bons côtés. Je l’aimais bien finalement. Mais je préférai la compagnie de Will, du Dixième et du Huitième. Et de Cyber bien sûr.

Je pensais également au fait que ça faisait une plombe que je n’avais pas vu Clara, ni Sherlock. Une soudaine inquiétude m’envahit alors, et si… Naaaaan ! Faut que j’arrête de psychoter moi ! Après tout, Sherlock devait être cané quelque part et Clara voyager avec un des docteurs. Je ne me doutais pas du tout de ce qui était arrivé. Amelia continuait sa carrière de mannequin et Rory était devenu un vrai médecin. River avait fait un retour triomphant et War semblait avoir repris goût à la vie. Il avait emmené ce type en vadrouille… Jackson… Quelque chose ! Peu importe je l’avais vu qu’une fois depuis que le calme était à peu près revenu. Leander s’habituait très doucement à sa nouvelle condition et restait surtout dans le périmètre du manoir voire même de mon TARDIS quand je ne l’utilisais pas. Seth semblait prendre un peu moins de risques. Même si les paradoxes étaient toujours aussi flagrants, il n’en restait pas moins qu’ils semblaient avoir baissé d’intensité.

C’est un fracas monumental qui me sortit de ma réflexion qui engendra une bosse à l’arrière du crâne. Je m’étais trop vite redressée du dessous du panel central et BOUM ! Bobo tête… C’est une voix familière totalement ou presque paniquée qui m’empêcha de ronchonner après la personne qui semblait être rentrée en pleine course comme si c’était poursuivi par un monstre.


- Ohla ! Ohla ! Doucement ! Respire et parle moins vite je comprends rien !


Die for you, I'd do this again

“HEY, IT'S REALLY ME
I am not dead, I am still here, I need you because I love you!” ▬ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Mer 8 Fév - 15:41
avatar
Messages : 91
Date d'inscription : 27/11/2013
Age : 33
Localisation : Londres

Fiche Personnage
Age: 0
Groupe: Doctor's Compagnon
Epoque: Présent
Voir le profil de l'utilisateur
Cela fait presque un que je n'ai plus de nouvelle du Docteur. Cela fait presque un an que je voyage aux côtés de Me... Et cela fait presque un an que j'ai cessé de vivre. Oh non pas que ma vie ai cessé, bien au contraire. Piégée dans mon existence éternelle jusqu'à ce que la mort me rattrape, jusqu'au jour où j'en aurai assez de voyager, ou qu'on me retrouve et m'impose ma destinée.

Bien que mon coeur ai cessé de battre pour ne jamais redémarrer jusqu'ici, aurais-je envie de dire que je suis plus vivante que jamais? D'une certaine manière, oui. Je ne désespère pas qu'un jour, un petit accident me rende ma vie, ma vraie... Que je ressente à nouveau le sang battre dans mes oreilles, la force de essoufflement lors d'une de mes courses folles. Il faut dire que depuis mon exil forcé loin du Docteur, loin de notre vie trépidante et dangereuse, les voyages bien que toujours aussi extraordinaires, sont beaucoup moins menaçants. Peut-être s'agit-il là d'une volonté de m'éloigner d'un risque inhérent à ma nouvelle nature d'immortelle. Je sais les Seigneurs du Temps à la recherche de l'anomalie que je suis. Or, je refuse à ce jour de me retrouver entre leurs mains pour qu'ils m'imposent une condamnation à mort, bien que celle-ci, en fin de compte, ait déjà eu lieu.

Avec mon amie tout aussi immortelle que moi, nous vivons l'excitation de la découverte à chaque voyage. Nos escales ne durent jamais longtemps... Nous vivons au jour le jour. Et demeurons éloignées de nos vies d'avant, de la Terre qui nous a vu naître toutes les deux. Me a vécu déjà la fin de notre monde, la fin de l'univers... La ville de mon existence mortelle est aussi celle où la mort me guette plus que jamais. Ainsi, nous avons décidé pendant de longs mois de ne pas visiter notre planète mère.

Pourtant, le temps passant, j'ai fini par ressentir le mal du pays. Il est des choses qui ne change pas, qu'on soit un paradoxe ou non. Mon corps n'est peut-être plus tout à fait en vie - ou dans une vie figée dans ses derniers instants - mais je ne peux l'empêcher de vibrer à l'idée de retrouver la pollution de notre bonne vieille ville de Londres.

C'est pourquoi, sur un coup de tête, j'impose à notre cher TARDIS son premier vrai retour au bercail. Qu'il est bon de réentendre les klaxons, de sentir les gaz d'échappements... De sentir le vent venant de la Tamise faire voler mes cheveux... Mon corps ressent toujours, là était ma hantise pendant un temps... Mais il ressent toujours les éléments, le froid, le chaud, la pluie... Tout! Je demeure ainsi un temps debout à profiter de la beauté bétonnée de mon environnement naturel. Qui aurait pensé me voir autant heureuse de le retrouver. J'inspire un grand coup. Respirer n'est peut-être plus une nécessité, mais l'odorat demeurer une véritable de madeleine de Proust pour qui sait se rappeler! Et bien qu'une existence très longue se profile devant moi... Je fais chaque jour un effort pour pas en perdre une miette. Voir Me et sa mémoire d'humaine se déliter au fil des millénaires me terrifie et je fais tout pour que, bien qu'une vie probablement aussi longue soit possible pour moi aujourd'hui, cela ne m'arrive... Comme elle j'ai commencé à écrire, pour me souvenir... Et j'imprime chaque chose dans ma mémoire, chaque parcelle de couleur ou de parfum... Tout!

Même ce fou furieux qui semble me choisir comme cible avec son engin. Un homme au volant de sa voiture a perdu le contrôle et je suis sur sa trajectoire. Comme une biche dans les phares d'un camion, je demeure immobile, le souvenir de l'ombre noire filant sur moi me revenant en pleine face, me paralysant comme un an auparavant...

Le choc est violent, je vois le ciel, le sol, le soleil, les nuages et le fleuve se mêler, s’inscrivant en une image résiduelle abstraite sur ma rétine, comme celle qui sera à coup sur la dernière... Je m'envole et tombe à l'eau, et coule, coule pendant de longues secondes, minutes peut-être. Il me faut un temps de réaction incroyablement long avant de comprendre qu'il est indispensable de bouger, de remonter à la surface... Non pas pour respirer, mais parce que je ne peux demeurer ainsi éternellement, dans l'eau sale de la Tamise. Trempée, dégoulinante, je me retrouve à l'air libre, prenant une grande inspiration, reflex imprimé dans mon cerveau, impossible à réprimer... Comme le cri qui sort de ma bouche. Une voiture vient de me percuter, je viens de tomber à l'eau après une chute vertigineuse, je suis restée sous l'eau pendant un temps indécent... Et je n'ai rien! Je ne souffre pas... Il fait froid, je peux le sentir, mais si je tremble ce n'est pas à cause de lui...

Il faut que je sorte de là... Je suis... Je devrais être morte après un accident pareil? Ou tout du moins blessée... Je ne suis que choquée... Et bien comme il faut, s'il vous plait. Je me suis faite à mon existence en une année, il a bien fallu, il faut savoir aller de l'avant... Mais pas à un moment je n'ai imaginé, dans mon corps bloqué entre deux battements de coeur, que je pouvais être blessée...

Je me débats plus contre moi-même que contre l'eau... Je nage, ne pensant même pas au fait qu'on puisse être en train de me rechercher. Je suis déjà loin de l'endroit où j'étais tombée, le courant du fleuve a fait son effet. Je me retrouve sur la berge, seule à mon soulagement... Soulagement? Ce n'est pas tout à fait vrai... J'aurais besoin de quelqu'un, s'il vous plait...

Je me lève, regarde autour de moi... La nuit est en passe de tomber et j'ai envie de le laisser moi aussi tomber là. Quand je remarque que je ne suis pas seule, pas tout à fait. Suis-je sensible à la présence d'un TARDIS à présent? Je ne sais... Mais je sais qu'il y en a un, ici! Pas le nôtre à Me et moi... Pas celui du Docteur non plus... Je ne connais guère de TARDIS dans l'univers en ce moment... Si ce n'est donc l'un de ces deux-là, ça ne peut être que celui d'Ael. Depuis combien de temps je ne l'ai pas revue? Avant ma mort, c'est évident! Rejetant mes cheveux trempés en arrière, dégoulinante, ma robe et mes collants massacrés par l'impact avec la voiture j'entre sans prévenir dans le vaisseau de mon amie, essoufflée... Oui, essoufflée, parce que l'angoisse peut encore agir sur moi, même dans mon état.

"Ael.. Ael... Tu es là?!"

Je suis une vraie furie, et je ne la vois pas...

"Mon Dieu... Ael, ce n'est pas possible... Je crois que je ne peux pas mourir... Enfin, je veux dire... Temporellement, je suis déjà morte mais... Oh mon Dieu..."

Je passe une main dans mes cheveux trempés et me plie en deux...



The Impossible Girl
Revenir en haut Aller en bas
Mer 8 Fév - 16:09
Timelord Insanity Creation
avatar
Messages : 637
Date d'inscription : 20/07/2013
Age : 922
Localisation : Au manoir

Fiche Personnage
Age: 920 ans
Groupe: Timelords
Epoque: Présent
Voir le profil de l'utilisateur http://time-is-running-out.forumactif.org
Timelord Insanity Creation
Je me retourne enfin refermant au passage le capot du panel qui m’a si gentiment signifié sa présence au-dessus de ma tête… Une odeur… La mort, pourquoi ici ? pourquoi avec elle ? Je me retourne vers elle et je la vois trempée jusqu’à l’os et des vêtements déchirés comme si elle sortait des entrailles d’une bestiole qui l’avait croquée.

- Bon sang ! Mais qu’est ce qui t’a mis dans cet état !

Avec ma vitesse vampirique, je l’ai posé dans le canapé et j’ai passé son corps au scanner directement… Pendant que le scan faisait office, je lui donnais une couverture de survie qui était pliée dans un des coffres… Quand j’entends l’ordinateur de bord biper je me retourne et je me fige…

- Woah… C’est quoi ce cirque… C’est… Aberrant…

Je venais de découvrir un truc qui n’était pas possible… Mais bon, venant de la fille Impossible… Il y avait une certaine marge de manœuvre entre ce qui était possible et vraiment impossible… Irena ne pouvait se tromper…

-Accroche toi… Je m’occupe de toi… Juste une seconde…

Mes yeux étaient scotchés à l’écran… J’ai fouillé dans mon sac, et je lui ai servi un thé chaud un peu particulier.

- Tiens avale ça… Tu as beau être devenue quelque chose que je n’explique pas encore, tu peux encore avoir trois côtes cassées… Ce thé va calmer la douleur…

Ok, là je ne m’expliquais pas… Comment je pouvais avoir de tels résultats. C’est comme si elle était figée dans un sursis dans la mort… Jack lui était un point fixe dans le temps… Je me souviens qu’un ancien membre de Torchwood était dans cet état après avoir été ressuscité par le gant de résurrection. Je lui frictionnais affectueusement les épaules pour la réchauffer…

- Reprends ton souffle… Voilà… La douleur va se calmer tu vas voir… Je vais te chercher des affaires sèches… Tout va bien, je m’occupe de toi ma grande…

A vitesse vampirique encore, je suis allée dans la penderie, pris au compas dans l’œil et je lui ai ramené… Mon cerveau devait fumer tellement il carburait. J’avais pris au passage un peignoir sec qui était au-dessus d’une des grilles du chauffage de la penderie (oui même dans la penderie il y a le chauffage)

- Bon… On va commencer par te faire enfiler ce peignoir… Eh ! Pas de chichi on est entre filles… Serre les dents !

Sans vraiment attendre une réponse, vu l’état de choc qu’elle semblait traverser je lui ai enlevé aussi doucement que possible son haut et je lui ai mis le peignoir chaud sur elle… J’ai attendu quelques instants avant de prendre l’autre serviette et de doucement lui sécher les cheveux en faisant un petit massage au passage pour essayer de l’apaiser, j’ignorais alors si cela fonctionnait.

- Respire ma grande… Ca va aller, ici tu es chez toi, tu ne risques rien…

C’était dingue, elle était devenue pire que moi… Elle avait dû avoir un accident mortel mais non, elle n’avait pas un bleu, pas une égratignure, rien ! Si c’était comme je le pensais, elle ne pourrait plus mourir… Et elle serait potentiellement immortelle, la pauvre… Jamais je ne lui aurai souhaité un sort aussi peu enviable que le mien… Après tout je l’avais toujours prise pour ma petite sœur. Même si techniquement, ayant traversé la courbe temporelle du Docteur, elle était presque aussi vieille que lui…

- Clara… Je n’ai pas encore tous les éléments, je ne sais pas exactement ce que tu as, mais je vais trouver, ou tout du moins, t’aider à t’y habituer… Maintenant… Raconte-moi… S’il te plait…


Die for you, I'd do this again

“HEY, IT'S REALLY ME
I am not dead, I am still here, I need you because I love you!” ▬ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Mer 8 Fév - 19:16
avatar
Messages : 91
Date d'inscription : 27/11/2013
Age : 33
Localisation : Londres

Fiche Personnage
Age: 0
Groupe: Doctor's Compagnon
Epoque: Présent
Voir le profil de l'utilisateur
J'essaye de répondre mais la voix semble m'avoir fuis. Je n'arrive plus à exprimer ce que mon cerveau analyse à cent à l'heure. Je ne peux pas mourir... N'aurais-je pas du le comprendre avant? Suis-je aussi bête que ça? Non... Non, il y a une différence entre une immortalité paradoxale et temporelle et la résistance à toute blessure qui devrait me mettre en charpie. Le pire étant que mon esprit est bien loin d'être aussi compréhensif que mon corps. Si il a assimilé l'absence d'évolution, d'être figé dans le temps, mon esprit est loin d'être aussi malléable, d'accepter aussi inéluctabilité d'une existence sans danger... Sans danger? Le danger est partout et je le sais!


Je me laisse faire par Ael sans réfléchir, que pourrais-je faire d'autre de toute manière? Bien trop contente d'avoir trouvé un pied-à-terre amical que je suis. J'ai toujours aimé ce TARDIS, je m'y suis toujours sentie en sécurité. Celui dans lequel je voyage depuis maintenant un an me semble encore aussi accueillant d'une voiture de location. J'apprécie de l'avoir trouvé et d'avoir trouvé une compagne de voyage, mais ce n'est pas comme d'être à la maison. Et bien que je n'eue vraiment jamais vécu ici, pas plus que dans le vaisseau du Docteur, je me sens ici bien plus chez moi que dans ma propre maison.

Je sens bien que je viens de mettre Ael face à un défi de taille, je sens bien qu'elle ne comprend rien à ce qui se passe. Je sais bien que je risque d'affoler ses scanners avec ma nouvelle situation... Mais qu'y puis-je? Comme je n'y peux rien si je viens de me faire percuter par une voiture folle, hein?

Je prends le thé que mon amie me tend sans comprendre réellement de quoi elle parle. Je n'ai pas cessé de grelotter, mais je n'ai pas mal... Je ne souffre pas... Pourquoi? Je n'avais jusque-là pas assimilé que la douleur n'était plus un mot de mon vocabulaire. Ou alors est-ce l'adrénaline? Non... Impossible de voir une envolée d’adrénaline sans coeur pour l'envoyer dans tous mon corps... Non... Cela ne peut avoir à voir qu'avec mon cerveau, incapable de comprendre que mon corps est toujours bel et bien là. Paradoxale, presque intangible dans cette réalité qui est mienne sans l'être, mais pas totalement incassable... Il n'arrive pas à assimiler cette donnée. Tant mieux... Heureusement... Non... Enfin, jusqu'à ce qu'il le comprenne et que je souffre le martyr... Mais est-ce que je ne souffre pas déjà le martyr? Une douleur psychologique, comme si en un an, je n'avais pas vraiment analysé correctement la situation... Que mon corps n'en était plus réellement un, tout au plus un vaisseau pour un esprit incapable d'accepter sa situation, refusant la vérité d'une mort déjà arrivée.

Il m'avait fallu revoir la mort en face sans parvenir à l'éviter pour vraiment comprendre l'incongruité, que dis-je l'horreur, de ma situation. J'en avais voulu un temps, un très court temps, au Docteur, pour ce qu'il avait osé me faire. Pourtant... Pourtant, cela s'était évaporé quand, lors de notre derrière rencontre, inconnue face à lui, il m'avait parlée à cœurs ouverts.

Mais que ce passe-t-il dans mon pauvre petit cerveau? Je n'en sais trop rien et au fond je n'ai pas envie de savoir. Je regarde la tasse dans mes mains, j'écoute de loin les paroles d'Ael. Je les sais réconfortantes mais ne comprend pas tout. Elle court partout, je sens ses courants d'air, mais moi, je suis propulsée dans mes réflexions... J'ai besoin de parler à quelqu'un de ce qui vient de se passer, mais je n'arrive pas à savoir comment aborder les choses. J'ai besoin de réfléchir... Mais tout semble tourner autour de moi... Ael est là, puis elle n'est plus, là et la revoilà... Je n'ai toujours pas touché à mon thé. Je devrais le boire non? Ce n'est pas poli de ne pas boire ce qu'on nous offre. C'est étonnant que je puisse manger et boire dans mon état non? Pourtant je peux... Et cela semble ne me poser aucun problème, si ce n'est que je ne prends pas de poids, je n'assimile rien, en somme.

Je bois une gorgée de thé plus par politesse que par envie lorsque mon amie revient. Que vient-elle de me dire? Elle veut me déshabiller? Pourquoi? Oh oui, c'est vrai, je suis en loque, et trempée... Je laisse Ael faire sans rien dire... Je n'ai pas toujours pas mal et c'est tant mieux... Et blottie dans le peignoir, je commence à me sentir un peu mieux. Un peu de réconfort dans ce monde de brute. Ou alors est-ce le thé? Normalement non, puisque je n'assimile rien de ce que j'avale, mais avec Ael, qui sait... Et qui suis-je pour comprendre une Dame du Temps? Ce sont eux qui, d'une certaine manière, m'ont mise dans cet état... Enfin, le Docteur, contre leur avis... Mais c'est bien leur technologie alors...

Je commence enfin à retrouver mes esprits... Lentement... Je retrouve mon calme et parviens enfin à me détendre. La situation est toujours abracadabrantesque, mais ne l'est-elle pas depuis un an, en fin de compte? Je suis à l'abri ici, je ne risque rien, je le sais... Et je ne suis pas une petite nature normalement. Loin de moi l'envie de dédramatiser la situation. Accepter son véritable aspect est primordial pour ne pas dire obligatoire. Je dois relativiser, bien obligée.

Je laisse Ael prendre soin de moi sans un mot... Jusqu'à ce qu'elle prenne la parole à nouveau... Sa question me sort de ma léthargie apparente et je me tourne vers elle très lentement.

"Il n'y a rien à comprendre... Il n'y a rien à trouver... IL a voulu m'éviter une mort inévitable, voilà tout..."

Un sourire contrit mais plein d'une sincère tendresse naît enfin sur mon visage...

"Tu le connais."

Oui, s'il y a bien quelqu'un capable de connaître le Docteur aussi bien que moi, c'est elle.

"IL n'a pas voulu me placer dans une telle situation, il a pensé que ça finirait par s'arranger... Que je redeviendrais "normale", que j'éviterais cette situation dont IL pense être responsable. Mais rien n'y a fait jusqu'à présent. Je fuis la mort, Ael. Je suis figée de ce corps qui ne peut plus changer, plus vieillir... Plus saigner..." Ajouté-je en me montrant et secouant la tête.

Je bois une gorgée de thé avant de reprendre, j'ai besoin de me redonner constance... J'ai envie de pleurer en repensant au Docteur, mais je ne peux pas. Je ne peux littéralement pas, ce corps est même incapable de pleurer.

"IL m'a récupérée à une seconde seulement de ma mort. IL m'a figée dans le temps à ce que j'ai comprit... Un truc de Seigneur du Temps. Du coup, je ne suis pas morte, pas réellement, dis-je en reniflant. Mais plus tout à fait en vie non plus. IL a pensé que ça s'effacerait, il m'a même emmenée à la fin de l'univers, pensant que je serais assez loin de tout pour me redémarrer mon corps, un genre de... De reset quoi. Mais ça n'a pas fonctionné... Et ça fait un an que ça dur."

Et ce n'est pas fini!

"Je ne t'ai pas encore dit le pire... IL a oublié qui je suis, à quoi je ressemble... IL se souvient d'un beau conte, mais ne se rappelle plus de moi..."

Oui, c'est bien le plus triste dans toute cette histoire, vous ne trouvez pas?

"IL me croiserait dans la rue qu'IL ne me reconnaîtrait pas... J'ai fait l'expérience, crois-moi!... Mais au moins IL garde un beau souvenir de notre dernière rencontre, j'espère."

J'en arrive tout de même à la raison de mon entrée ici. Je me gratte ma tête encore humide... Une bonne douche me ravirait.

"Et pour en rajouter un peu, je me suis faite renversée par une voiture et je suis tombée dans la Tamise..." Dis-je dans un petit rire nerveux. Je ne peux pas m'empêcher de penser à Danny... Lui aussi s'est fait renverser par une voiture, lui aussi est mort... Et j'ai essayé de le retrouver coûte que coûte, au point de le retrouver dans une tenue de cyberman... Ce souvenir me retourne les entrailles. Danny me manque vraiment. Mais je sais qu'il n'est pas mort pour rien... Moi non plus en repensant.

Je me retourne vers Ael, je n'avais pas pu la regarder en abordant la dernière partie de mon histoire.

"Je suis si contente de te retrouver!" Dis-je en lui sautant au cou.



The Impossible Girl
Revenir en haut Aller en bas
Mer 8 Fév - 20:15
Timelord Insanity Creation
avatar
Messages : 637
Date d'inscription : 20/07/2013
Age : 922
Localisation : Au manoir

Fiche Personnage
Age: 920 ans
Groupe: Timelords
Epoque: Présent
Voir le profil de l'utilisateur http://time-is-running-out.forumactif.org
Timelord Insanity Creation
La pauvre chérie… Son histoire me touchait. Tout au long de ma vie, de ma longue vie, j’ai vu tellement de gens disparaître… Le Docteur aussi… La nouvelle version devait être beaucoup plus engagé dans sa Croisade pour empêcher les gens qui lui sont chers. Même si ces derniers lui ont rien demandé. Faut dire qu’il faisait la même avec de parfaits inconnus… J’ai levé mes yeux vers elle quand elle me fit que le Docteur avait voulu lui éviter de mourir… Je fis oui de la tête même mon cerveau continuait de bosser… Et enfin un sourire suit, j’en fait de même et mon oui se fait plus franc…

- Je connais mal ce nouveau Docteur… Tu sais… J’ai encore du mal à l’accepter comme le… Docteur même s’il mérite de loin de ce titre…

J’écoutais attentivement son récit alors que je me servais à mon tour du thé, ce même thé qui la soignait. Je souris tristement. Je comprenais le Docteur et je la comprenais elle, quel changement énorme dans sa vie… Je finis par m’asseoir à côté d’elle et la prendre délicatement dans mes bras.

- Je te comprends… Je suis passé par ce que tu vis… pas exactement l’identique, mais… Similaire… Découvrir du jour au lendemain qu’on est quelque part voué à ne pas mourir, enfin… Pas aussi simplement que des humains… C’est terrible… Il n’y a pas de mots…

Je sentais sa détresse comme la mienne, foutue empathie ! Mais bon venant d’elle ne me dérangeait pas tant. Il l’avait donc enlevé à la seconde de sa mort… Seule la technologie de Gallifrey pourrait faire cela. Ca voulait dire que la porte vers chez moi était de nouveau ouverte… Que je pouvais peut-être concourir pour mon héritage. Mais pour l’instant j’avais plus important… Je la regardais renifler… mon sourire disparut…

- Le Docteur ne sait pas tout… Tu le sais parfois il fait des choses, mais il ne se doute pas de l’ampleur des conséquences… Il croit pouvoir arriver à tout guérir, à tout soigner… Mais parfois… Ca fait des gens comme toi et moi… *je souris doucement* Tu n’es pas seule… Je comprends ce que tu ressens, comme je te l’ai dit… j’y suis passée moi aussi… Plus d’un an crois-moi… Mais dis-toi une chose… Même différemment, nous sommes toutes deux des aberrations, mais on peut vivre comme tout le monde ou presque… Il ne faut pas que tu commences à croire que tu ne peux plus être toi… Plus être humaine… *lui caresse la joue* Coincée entre la vie et la mort ou non… Tu es toujours Toi, Clara Oswald, la fille Impossible… Et malgré toutes les apparences, tu es toujours HUMAINE… Tu as le contrôle sur ce que tu es… Si tu as besoin de pleurer, ton corps ne peut pas te l’interdire… *mes yeux se dilatèrent avant de reprendre une taille normale* Tu es toujours Humaine… Tu peux encore pleurer si tu en as besoin… Tu peux encore ressentir comme une humaine… Au pire, c’est l’imagination qui travaillera mais tout ce qu’humain veut dire t’es encore accessible, d’accord ?

Je détestais user de mes pouvoirs d’hypnose, mais je devais le faire. Je devais lui éviter de penser qu’elle était un monstre. Que son existence allait être une errance sans but dans cet univers parfois si cruel. Il fallait que je lui évite de passer par là où j’étais passée…
Et là, c’est la douche froide… Le docteur récent l’a oublié ! Comment est-ce possible… Ou il a essayé de faire comme avec Donna et cela s’est retourné contre lui… Ca lui reviendra… Will dit souvent qu’il suffit d’un élément pour que la mémoire se déverrouille…


- Clara, si cela peut te rassurer, il y a un truc que Will a souvent dit à Amy quand elle avait oublié Rory… Il suffit d’un élément, même infime pour que la mémoire effacée réapparaisse… Il en a été pour moi alors pourquoi pas pour lui ? Un jour, tu verras, il reviendra vers toi !

Fis-je avec un clin d’œil.

- D’autant plus que Will et Tenth t’ont pas oublié… War non plus… Il y a bien un moment où il va y avoir une conversation doctorienne et ca va faire tilt !

Voila l’origine de son état…. Encore un chauffard ivre…

- Reprends courage ma puce… Tu n’es pas seule je suis là… Toi aussi tu as perdu pas mal de monde, mais toi et moi, nous ne nous perdrons pas… Et je laisserai personne te faire du mal… Le Thé va soigner tes blessures, même si tu ne sembles pas le sentir, tu as pris cher !

J’étais en train de nous resservir du thé quand elle sauta à mon cou me disant qu’elle était ravie de me retrouver. Je souris manquant de tout renverser sur le panel qui brillait comme un sou neuf. Mes bras se referment sur elle et mes ailes sorties sous l’effet de la surprise se referme sur elle alors que je m’étais retournée pour l’enlaçer.

- Moi aussi ma grande… Moi aussi… Tu peux rester ici… Je ne manque pas de place et d’idées de voyages ! Et puis ainsi, celaa me permettra aussi de t’aider à t’habituer à ta nouvelle vie !


Die for you, I'd do this again

“HEY, IT'S REALLY ME
I am not dead, I am still here, I need you because I love you!” ▬ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 9 Fév - 18:40
avatar
Messages : 91
Date d'inscription : 27/11/2013
Age : 33
Localisation : Londres

Fiche Personnage
Age: 0
Groupe: Doctor's Compagnon
Epoque: Présent
Voir le profil de l'utilisateur
Je n'ai jamais vraiment eu de mal à gérer mes émotions. En général, on pouvait presque me croire insensible, à garder le sourire dans la pire des situations. Mais il n'en était rien. Je n'étais pas insensible, je me retrouvais presque à chaque fois submergée par les émotions... Mais les gardais sous contrôle. Elles demeuraient là où elles pouvaient me permettre d'affronter la réalité. Elles étaient davantage mes alliés que mes ennemis, me menaient de l'avant au lieu de me faire reculer. 

Pourtant, à l'instant, j'ai beaucoup de mal à les gérer, c'est le moins qu'on puisse dire. J'ai déjà ressenti la peur, la terreur même... La colère aussi, la rage sans parler de la tristesse, le manque, le vide. J'ai toujours su les utiliser de manière constructive, les transformer en forces... Enfin, à peu près, dirons-nous. Je ne compte plus le nombre de fois où elles m'ont guidée vers la victoire, vers la survie et tant de choses qui ont ponctué ma vie aux côtés du Docteur. Je leur en suis reconnaissante... Mais à l'instant, c'est envers Ael que je suis reconnaissante. Je ressens bien l'effet de son pouvoir. En temps normal, je le rejetterais, je m'en méfierais même. Mais là, j'avoue qu'il m'est bien utile... Une larme, unique et froide, coule le long de ma joue, je l'essuie sans vraiment m'en rendre compte... Mais c'est tout à la fois une victoire face au destin et un soulagement puissant.

Je renifle encore un coup, mais parvient à expliquer plus avant ce qui m'est arrivé et surtout ce qui est arrivé au Docteur. Les mots de mon amie sonnent et résonnent clairement dans mon esprit. J'ai pourtant encore du mal à imaginer mon Docteur retrouver la mémoire de nos aventures et de notre vie ensemble dans un flash. Cela peut arriver aux humains... Mais ce qui avait été prévu, ce qui s'était retourné contre lui... Avait été tout à la fois doux et violent. Ce souvenir était encore frais dans ma mémoire, jamais ne n'oublierais cette expression sur son visage en comprenant que les jeux étaient fais.

Je ne pouvais m'empêcher d'espérer qu'un jour, une lueur éclaire son esprit de Seigneur du Temps et que la mémoire de notre lien se rappelle à lui. Mais je savais que cela prendrait à coup sur du temps... Enfin... Pour lui ou pour moi? Pour nous deux peut-être? Mais n'avais-je pas à présent l'éternité devant moi? Et n'avions nous pas le temps entre nos mains pour que cela se produise... Demain? Mon surnom n'était-il pas une promesse face à l'adversité?... Si le mystère de mes apparitions successives dans l'existence de mon Docteur avait été dévoilé, cela ne changeait rien au fait que le mystère semblait me coller à la peau. Impossible jusqu'au bout!

Je commence enfin à me sentir mieux. Je ne sais qu'elle en est la raison... Tant de choses peuvent en être responsables et en fin de compte, je n'en ai que faire. L'important est que je me sente à la maison. Les mots d'Ael sont rassurants et je comprends que si un long chemin m'attend, il promet d'être moins désagréable que je ne l'aurais pensé. 

Je saute au cou de mon amie. J'avoue que les câlins m'ont manquée. Le Docteur dans cette incarnation n'en était pas très friand et si Me était une femme incroyable, notre relation n'était pas forcément basée sur l'émotion. Je me souvenais encore de cette époque si proche pour moi où elle n'avait été encore qu'une adolescente comme une autre, prête à mettre sa vie en jeu pour protéger les siens. Elle était aujourd'hui la femme la plus ancienne de cet univers, piégée dans un corps humain... Elle n'avait pas vraiment de liens! Je ne pouvais la laisser seule, elle l'avait été bien trop longtemps. Toutefois, je devais aussi penser un peu à moi. Le temps n'était pas un problème pour moi, n'étais-je pas à bord d'un TARDIS? 

Les paroles d'Ael semblent venir en écho à mes propres pensées. Elle m'offre un asile et un endroit où épancher mes états d'âme, mes joies et mes peines. 

"Merci Ael!..."

Imaginer les voyages avec celle aux côtés de qui j'ai déjà vécu pas mal d'aventures me semble terriblement aisé. Nos idées vont souvent de paire... Et ma vie d'avant, ma vie vivante, oserais-je dire, n'en sera que plus présente. Peut-être qu'à rechercher ma vie d'avant... Sans avoir peur de me retrouver face à l'ombre à chaque tournant. En un an, je n'ai pas ressenti une seule fois sa présence, pas de décompte fatal, je ne dois plus être sa priorité, où alors est-elle vraiment et totalement incapable de comprendre que, d'une certaine manière, je lui ai définitivement échappée. Une part de moi, soudain, se dit qu'elle a beaucoup de chance dans son malheur. Me est définitivement vivante, pour l'éternité... La mort ne viendra jamais la capturer, elle en vivra les douleurs, les malheurs, mais pas l’inéluctabilité. Moi, dans un sens, pourrai certainement choisir le jour où je la laisserai me capturer par le corbeau... Si cela devient la seule solution... Suicidaire? Non, lucide!... Et en fin de compte toujours humaine. Comme tout à chacun, viendra surement un jour où je devrai affronter la fin... Et si, à la différence de tout à chacun, je sais où et comment cela se produira, et que je l'affronterai bravement, comme tout le monde, je ne sais pas dans combien de temps cela se produira. Une existence probablement plus longue. Il me faudra peut-être apporter certaines règles à mon état? Ael sera sans nul doute la meilleure personne à qui en parler, le moment venu.

Toutefois, là, tout de suite, c'est une autre question que j'aimerais bien lui poser. Toujours contre elle, enfermée dans ses ailes - je ne me ferai jamais à ça - je lui murmure : 

"Est-ce que je peux t'emprunter ta douche? L'eau de la Tamise, c'est pas ce qu'il y a de meilleur pour la peau!"

Je termine ma phrase dans un petit rire bien plus détendu que plus tôt.



The Impossible Girl
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 9 Fév - 19:09
Timelord Insanity Creation
avatar
Messages : 637
Date d'inscription : 20/07/2013
Age : 922
Localisation : Au manoir

Fiche Personnage
Age: 920 ans
Groupe: Timelords
Epoque: Présent
Voir le profil de l'utilisateur http://time-is-running-out.forumactif.org
Timelord Insanity Creation
Les émotions… Chose tellement si proche mais pourtant si éloignés pour moi. Quand le Docteur m’a trouvé, seule dans cette géole envoyée i,justement sous le scalpel de gens très mal intentionnés et devenir un monstre de combat, les émotions se restreignaient à la peine, la solitude, et l’envie de mourir… Quand le Docteur m’a amené à me révolter, j’ai senti de nouveaux sentiments m’envahir, la colère, l’indignation et un sentiment de m’appartenir enfin. J’ai disparu et je suis devenue une sorte de boucher. J’en voulais à l’univers entier !

Le Docteur a fait ce que je suis désormais. Il a pris des risques immenses pour me donner une certaine humanité. Cela n’a pas empêché de me larguer sur Terre… Mais au moins j’ai appris par moi-même. Je me suis découverte des passions, des amis, des envies, j’avais enfin une maîtrise de ma véritable nature, et de cette humanité qui avait toujours fait partie de moi. Je peine encore à maîtriser cet amas d’informations qui grouille dans ma tête en permanence. C’est le lot des Timelords et des Gallifréens de tout poil !

Oui, j’étais persuadée que le Douzième se rappellerait d’elle car même si elle semblait l’ignorer, les mémoires des docteurs étaient liées mystérieusement… Donc certainement qu’un jour…

Aujourd’hui, tout ce que le Docteur m’a inculqué, c’était mon tour de m’en servir ! C’était mon tour d’aider Clara fraîchement immortelle à ne pas sombrer dans inhumanité dûe à sa condition toute nouvelle, il fallait que je fasse en sorte, quitte à le faire souvent, qu’elle continue de ressentir, qu’elle continue d’aimer, qu’elle continue de se mettre en colère, d’être triste, d’avoir peur, afin que son nouvel état ne lui fasse pas taire tout ce qui fait qu’elle est ainsi !

Quand elle sauta à mon cou une seconde fois, j’ai sursauté, j’étais partie trop loin dans ma réflexion j’ai souri et encore une fois je l’ai enlacé en lui murmurant que c’était normal… Quand elle me posa la question de la douche j’ai pouffé.


-Oh of course ! Mais vu ton état je te conseillerai un bon bain avec de la mousse dans tous les coins ! Ca te tente ?

A peine j’ai eu le temps de finir ma phrase, qu’une porte glissa à notre gauche, et le TARDIS fit un cliquetis. J’ai alors regardé la colonne centrale, c’était un soleil bienfaisant qui brillait désormais… On entendit alors un bruit d’eau, comme un robinet qui coule… J’ai ricané et prenant délicatement la main de Clara, je l’ai tiré vers la pièce qui venait de se dévoiler. Quand nous sommes entrés, c’était une magnifique salle de bains qui rappelait les douches romaines, avec de la mosaïque et de la céramique dans tous les coins. Il y avait une mosaïque au fond de la pièce qui allait certainement attirer l’œil de ma jeune amie. Un TARDIS entièrement fait de petits morceaux de pierres colorées. Il semblait également y être représenté une femme à la chevelure longue et argentée ainsi qu’un homme grand et maigre, tenant un petit bébé dans leur bras… Moi aussi j’ai marqué un temps d’arrêt. Mais je me suis vite reprise et à vitesse vampirique ce qui créa un courant d’air froid deux fois de suite dans la salle qui était enveloppée de vapeur, je suis allée chercher des vêtements à sa taille ainsi que du linge de toilettes… Même courant d’air une seconde fois et je lui pose sur une petite table dans la pièce.

- Le bain moussant de mademoiselle est avancé !

Fis-je en le désignant de la main et en m’inclinant légèrement avec un sourire amusé en coin…

-Allez relaxe toi tu l’as bien mérité ! Reste le temps que tu veux ! Après tout on est dans un TARDIS ! Si tu veux moi je vais nous faire un bout de cuisine… Pas du réhydraté, non de la vraie cuisine !

Je lui fis un petit au revoir de la main puis la porte se referma derrière moi d’elle-même… Je me suis étirée, et une nouvelle pièce apparut dans la salle de commandes. J’ai demandé à Irena de me sortir un livre de cuisine italienne et je me suis mise au travail.


Die for you, I'd do this again

“HEY, IT'S REALLY ME
I am not dead, I am still here, I need you because I love you!” ▬ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Sam 11 Fév - 19:22
avatar
Messages : 91
Date d'inscription : 27/11/2013
Age : 33
Localisation : Londres

Fiche Personnage
Age: 0
Groupe: Doctor's Compagnon
Epoque: Présent
Voir le profil de l'utilisateur
Il me fallait être courageuse pour affronter ma nouvelle existence. Oui, je l'avais été bien souvent, je l'avais même été face à la mort... Mais je n'étais pas toute puissante et il m'était impossible de demeurer inébranlable en toute circonstance. Toutefois, je crois avoir trouvé un nouveau moyen de l'être. Le fait est que je n'avais pas encore vraiment réalisé ce que voulait dire d'être dans mon état. J'avais comprit bien des choses en un an et admit certains point, comme ne plus avoir à me couper les cheveux ou les ongles, qui refusaient irrémédiablement de pousser. J'avais aussi comprit que si j'avais toujours "envie" de manger, je n'en avais plus besoin. Il s'agissait certainement là d'un moyen qu'avait mon cerveau de me faire comprendre que je demeurais bel et bien tangible dans cet univers. De même, je n'avais plus besoin de dormir, et cela ne me manquait pas tant que cela. Seuls les rêves continuaient à me manquer. Heureusement que ma vie était faite de bien des aventures et que d'une certaine manière, je vivais mes rêves, sinon, j'aurais trouvé mon existence bien morne à ne plus avoir à accès à cette fabrique de l'imaginaire.

Aujourd'hui, j'ai la sensation de me retrouver quelques années plus tôt... Et j'ai la sensation de redevenir moi, comme si je ne l'avais plus été pendant un an. Pendant cette année, je me suis vue comme une chose... Non pas monstrueuse, mais étrange, incompréhensible, malheureusement unique... Me était un peu comme moi, mais pas complètement, et si loin de toutes les réalités qu'il m'était compliqué d'aborder ce sujet avec elle. Nous nous entendions bien, cela avait toujours été le cas... Mais je restais éloignée de sa conception des choses. Ael semblait bien mieux me comprendre. Car le Docteur avait agit avec elle d'une manière similaire à la mienne. Je sentais que je pouvais me confier à elle et que bien des choses pourraient, à défaut de s'arranger, tout du moins s'éclaircirent.

Toutefois, à l'instant, si je ne dormais plus, ne rêvais plus, que mon corps ne bougeait plus... J'avais toujours besoin de me laver. Et là tout de suite bien plus qu'à n'importe quel moment. L'eau de la Tamise avait la réputation ne pas être l'eau la plus pure. Je me doutais certainement insensible aux germes présent en son sein. Je n'en demeurais pas moins... Assez peu heureuse de la savoir sur moi.

Quand Ael me propose un bain... Mon sourire s'élargie. Oh oui, quelle bonne idée. J'avais ressenti une certaine "animosité" du TARDIS de mon amie lors de mon entrée. Peut-être était-ce du à mon entrée pleine d'impolitesse, ou alors à ma nature atypique. Je peux à présent sentir qu'il est davantage détendu, ce qui me ravie. Je sens la main d'Ael me tirer lentement vers une porte récemment ouverte et me guider dans une salle de bain digne de l'empire romain. Les thermes de Pompéi ne devait pas être plus belles... Je ne peux retenir une exclamation. C'est absolument sublime et ce lieu pousse à la relaxation, à la détente, au repos... Pourquoi la salle de bain de notre TARDIS mise toujours sur l'efficacité? Elle est toute blanche, aseptisée, fonctionnelle certes, mais elle ne pousse pas à s'y attarder.

Une étonnante mosaïque attire mon regard. Elle n'a rien de romaine, pas même humaine. Sa représentation me surprend mais je n'ai pas le temps de m'y attarder, me trouvant bien vite entourée de courants d'air.

"Je vais attraper un rhume si tu continues à courir comme ça!" Dis-je sur un ton faussement agacé. Je doute attraper quoi que ce soit dans mon état. Je ne comprends toutefois pas pourquoi mon amie s'entête à courir sans arrêt à sa vitesse hyper rapide. Je sais que ce doit être une habitude pour elle, et que cela peut-être utile dans certains cas... Mais prendre son temps a aussi un côté sympathique, surtout dans une telle salle de bain poussant à la méditation et la détente.

Je reconnais apprécier que mon bain soit prêt en un minimum de temps, il est vrai. Après un dernier geste de la main à Ael dans un sourire appréciateur, je me retrouve seule dans la pièce. Je pousse un soupir de contentement... Je me sens à mon aise, tout à coup... Le glouglou de l'eau me pousse à littéralement me jeter dedans. Je prends cependant une minute pour plonger vite fait dans un bassin attenant, afin de me décrasser avant de plonger dans l'eau chaude et apaisante de l'immense bain moussant. Quelques gouttes de bain douche à la fleur d'oranger au parfum terriblement relaxant et je me laisse aller, fermant les yeux, plongeant dans mon esprit à défaut de pouvoir rêver. Je plonge la tête dans l'eau et y reste quelques instants... Minutes!

Ael est partie préparer à manger. Je n'ai pas eu le coeur de lui dire que je n'ai aucunement besoin de me sustenter. Heureusement, je demeure un tantinet gourmande... Il semblerait même que je pourrais me lâcher de ce point de vue, puisque je ne prends pas un gramme. Mais bon... J'ai toujours préféré savourer.

Je ne vois pas le temps passer... J'ai même l'impression de m'être assoupie. Je sais que cela est impossible. Cela doit plutôt être du à une sensation de perte de notion du temps. Le parfum de la fleur d'oranger à quelque chose de... Rassurant. Il me rappelle des tisanes que maman me faisait quand j'étais enfant pour m'aider à dormir. Je rechigne presque à sortir de l'eau. Des minutes ou des heures se sont-elles écoulées? Je n'en sais rien et je sais que mon amie ne m'en tiendra pas rigueur.

Je m'entoure dans une serviette bien chaude et sèche, m'essuie bien, avant de m'emballer dans un peignoir propre. Je regarde les vêtements que m'a apportée Ael... Mais étrangement, je n'ai pas envie de les passer tout de suite. Emballée comme un nem dans mon peignoir, j'ai la sensation de me sentir à l'abri, protégée du monde extérieur par son éponge douce et chaude. J'ai l'impression de me trouver dans les bras d'un nounours et je n'ai pas envie de m'en défaire. Je glisse juste mes pieds dans des chaussons posés là à mon attention et quitte la pièce pleine de vapeur.

Je regarde à gauche, à droite... Je me sens toujours un peu perdue dans un TARDIS, même celui du Docteur a eu le don de me perdre à plusieurs reprises. Mais là, je n'ai qu'à me laisser guider par le fumet savoureux des petits plats de mon amie.

"Hummm... ça sent super bon par ici... Qu'est-ce que tu nous a préparé?"

J'ai presque l'impression de sentir mon estomac gargouiller. Presque... Comme j'aimerais que ce presque disparaisse de mon vocabulaire. Peut-être qu'à force de titiller mon corps, peut-être, je dis bien peut-être, qu'il se revigorera et se réveillera. La seule crainte que je peux avoir à ce sujet, c'est qu'un seul battement de coeur attire le corbeau jusqu'à moi... Et qu'en une fraction de seconde, ma vie cesse sans que je le vois venir...

Non mais attend, ne serait-ce pas la plus belle mort que de ne pas la voir venir?

Ne pas penser à ça... Je m'installe à table, aux chandelles, humant avec toujours plus d'envie les parfums d'Italie préparés par mon amie.



The Impossible Girl
Revenir en haut Aller en bas
Sam 11 Fév - 19:57
Timelord Insanity Creation
avatar
Messages : 637
Date d'inscription : 20/07/2013
Age : 922
Localisation : Au manoir

Fiche Personnage
Age: 920 ans
Groupe: Timelords
Epoque: Présent
Voir le profil de l'utilisateur http://time-is-running-out.forumactif.org
Timelord Insanity Creation
- Désolée, je me disais juste que tu devais être pressée de goûter à la détente… C’est pour ça que je me grouille !

Fis-je avec un petit sourire gêné. J’avais encore du mal à comprendre les faux agacements et les faux sentiments. Ainsi je l’avais laissé entre elle et elle-même. Je m’étais affairée dans la cuisine si bien que je n’avais pas vu le temps passer. Quand tu as côtoyé les plus grands, ça aide et ainsi tu perds moins de temps que les Néophytes. Ainsi une petite calzone simple et une salade de mozza tomates marinées. Je ne savais pas si elle mangeait encore vu son état, mais il fallait continuer à stimuler son appétit et sa gourmandise. Et j’en prenais bien le chemin. Le dessert, j’avais opté pour une salade de fruits… Léger et de quoi faire le plein de vitamines. Je regarde l’heure, deux heures et demie qui se sont écoulées. Je n’ai rien vu et Clara semble profiter de son moment à elle. Fleur d’oranger semblait avoir été un choix judicieux.

Ainsi je m’affairai de préparer une superbe table avec bougies parfumées, quand j’ai entendu le cliquetis de la porte coulissante. Ca m’apprendra de prendre mon temps ! Boom en quelques secondes, la table était terminée. Alors qu’elle prenait place à table, je lui ai tiré sa chaise puis repoussée comme l’aurait fait un grand restaurant…


-Ca te dirait de voir le Savoy demain midi ? C’est un restaurant à Londres qui est mondialement connu… Mais je ne voudrais pas t’emmener à cette époque… *je vais dans la cuisine et je ramène un grand cru de champagne* Mais à la fin du 19e siècle, c’est la meilleure époque !

Lui fis-je avec un léger clin d’œil… Je débouche le champagne et je lui sers sa coupe et la mienne puis je repose la bouteille dans le seau à champagne qui est apparue mystérieusement

-Merci Mom…

Je jette un œil à Clara pour voir son expression. Etait-elle au courant ? Je souris doucement alors que je m’assois à côté de la brunette.

- Avant l’avalanche de questions… Ma mère a été tuée par Rassilon sur Gallifrey, c’est à la suite de cela que le Docteur m’a emmené dans l’espace… Mais elle n’a pas dit son dernier mot, elle a réussi à mettre son âme dans un TARDIS… Les autres sont doués d’une conscience, certes… Mais ce TARDIS… C’est plus qu’une conscience, c’est une âme… C’est la forme astrale d’une personne qui a vraiment existé… *lève sa coupe* Tu as sûrement remarqué la mosaïque dans la salle de bains… C’est un souvenir… Pour qu’elle n’oublie jamais…

Je souris doucement et je lui propose de faire pareil. Après tout…

- Vu notre condition, il semblerait qu’on ne sente plus les effets de l’alcool ni ses conséquences, alors pourquoi pas en profiter ? Et d’autre part, on nous prenait pour des sœurs, sans m’avancer on est presque jumelles non ?


Die for you, I'd do this again

“HEY, IT'S REALLY ME
I am not dead, I am still here, I need you because I love you!” ▬ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Lun 13 Fév - 18:35
avatar
Messages : 91
Date d'inscription : 27/11/2013
Age : 33
Localisation : Londres

Fiche Personnage
Age: 0
Groupe: Doctor's Compagnon
Epoque: Présent
Voir le profil de l'utilisateur
De retour de la salle de bain, je me crois dans un autre univers... De la Rome antique, me voilà fraîchement débarquée dans la Rome actuelle. Mes sens ne me font pas défaut malgré mon état atypique et ce doux parfum d'Italie me ferait "presque" saliver. Ça sent si bon... Cependant, ce n'est pas cette odeur de pizza qui m’impressionne mais bien le style de notre repas. En quelques instant, Ael me propose une virée dans un des restaurants les plus côtés de Londres et qui plus est, elle nous propose un dîner au champagne. Je me croirais presque à un repas en amoureux si notre amitié fraternelle n'avait pas été validée depuis longtemps.

"Bien sur!" Réponds-je à sa question concernant le Savoy. Que dire d'autre si ce n'est que j'en serais ravie. Quand je pense que pendant un an, je n'ai presque rien avalé, non pas parce que je n'en avais pas envie, mais parce que je n'en avais pas besoin. Et mon corps s'est grandement habitué à la perte de besoin. Mon cerveau à quelques fois joués les troubles-fêtes et je suis tombée dans le frigo du TARDIS... Toutefois, il ne m'a jamais été d'un grand réconfort, privilégiant les barres protéinées aux vrais bons repas. Heureusement, Me, elle, a toujours besoin de manger... Cependant, avec le temps, son corps s'est habitué à de la nourriture de base, uniquement là pour subvenir à ses besoins. Entre la gourmande coincée dans un corps incapable d'avoir faim et l'immortelle quelque peu éloignée du plaisir de manger, ça n'a pas toujours été facile de ce point de vue.

Ael débouche le champagne et nous serre deux flûtes. Depuis combien de temps je n'ai pas bu de champagne? Ohlala, une éternité (enfin, façon de parler, pour le moment!)! Cependant mes réflexions s'arrêtent là alors que Ael s'adresse à son vaisseau. Mom? Euh... J'en ai déjà entendu des noms... Sexy m'a toujours semblé très... Étonnant pour ne pas dire plus. Mais Mom? Considérerait-elle son TARDIS comme sa mère? Ael remarque très vite l'étonnement se dessinant sur mon visage. Et entreprend bien vite de répondre à l’ensemble de mes interrogations.

"Oh... D'accord!" Dis-je en hochant la tête. J'avais déjà entendu plus étonnant que ça. Bien plus surprenant même. Toutefois, imaginer l'âme de la mère d'Ael dans ce TARDIS a pour moi quelque chose... De déstabilisant. Les Seigneurs du Temps sont capables de bien des prodiges (et bien des maladresses aussi, il faut le dire)... Que n'aurais-je pas donné pour avoir mes parents à mes côtés, même sous forme impalpable? Ils me manquent toujours autant et me manqueront toujours! Et, sauf si j'arrive à faire fuir le corbeau, jamais je ne saurai les retrouver. Cette idée ne m'avait jamais traversé l'esprit... Seulement, l'ombre, en plus de tuer mon corps, d'après ce que j'avais comprit, s'attaquerait aussi à mon âme... Pas de paradis possible, pas plus que d'enfer d'ailleurs pour moi. Cette réflexion me laisse un moment éloignée d'Ael... Quand je reviens à elle, elle lève son verre et attend apparemment que je fasse de même. Je prends ma flûte et m'en vient trinquer à la maman de mon amie!

Je souris à sa réflexion!

"Oui... Tu as raison, autant en profiter! Par contre, si on est jumelle, laquelle s'est teinte les cheveux?"

Je souris avant de rire.

"Merci beaucoup à vous, madame, d'avoir mis au monde une fille comme Ael!" Dis-en m'adressant au vaisseau.

Quelques instants plus tard se trouvent sur la table calezone et salade. Je ne peux m'empêcher de passer ma langue sur mes lèvres. C'est absolument superbe et appétissant.

J'attaque le chausson salé avec une réelle envie et il est vraiment aussi bon qu'il est beau.



Entre deux bouchées, seulement, j'arrive à arranger les mots afin d'expliquer plus avant mon état à Ael.

"Tout à l'heure, je n'ai pas été très précise quant à mon état actuel, tu sais Ael. Le fait est que... Normalement... Je ne peux absolument pas éviter la mort à laquelle m'a arrachée le Docteur. Il s'agit d'un genre de contrat sur ma tête, que j'ai prit pour protéger un innocent de cette même mort. Seulement... Ce contrat était déjà arrivé à son terme et mon bourreau - qui ressemble comme deux gouttes d'eau à un corbeau - déjà en train de me tomber dessus au moment où le Docteur m'a récupérée. Du coup... Si je reprends ma place, je ne pourrai l'éviter... Ce n'est pas un accident de voiture, une chute ou un empoisonnement, tu vois... C'est inévitable."

Je regarde les morceaux de mozzarela dans mon assiette.

"Pourtant... Je n'arrête pas d'y penser, la nuit quand je ne peux pas dormir... Moins ces derniers temps, mais... Quand même... Et si il y avait un moyen de "parler" à ce bourreau? D'arranger les choses... Je n'ai pas eu beaucoup de temps avant de devoir l'affronter, je suis persuadée que je n'ai pas pu réfléchir à toutes les options..."

Je lève la tête et croise le regard d'Ael.

"Et si... Si j'arrivais à trouver un moyen? Je ne sais pas... Juste... Un moyen... De laisser cette ombre me frôler au lieu de me percuter... Si je trouvais un moyen de tromper la mort, au sens propre du terme..."

Je secoue la tête, c'est une idée bête, il n'y a pas de possibilité... Et pourtant, elle me titille et je sens comme une lueur d'espoir naître en moi, comme à chaque fois que j'y songe.

"M'aiderais-tu Ael? M'aiderais-tu à trouver une solution?... Le Docteur n'en a pas trouvé, mais il n'a pas eu le temps lui non plus... Pas moyen de fuir ni de remonter le temps... Mais si c'était possible? M'amènerais-tu à l'instant de ma mort? Au risque de voir l'impossible échouer..."

J'ai tellement pensé à ce moment où je pourrais faire face au corbeau... Et que d'une main levée, je lui dirais "stop" et qu'il s'arrêterait là, à quelques centimètres de moi, avant de faire demi tour, avant de s'évaporer... Je ne fais que rêver cette scène, je le sais, elle me semble impossible... Mais si elle n'était en fait qu'improbable?



The Impossible Girl
Revenir en haut Aller en bas
Mar 14 Fév - 9:05
Timelord Insanity Creation
avatar
Messages : 637
Date d'inscription : 20/07/2013
Age : 922
Localisation : Au manoir

Fiche Personnage
Age: 920 ans
Groupe: Timelords
Epoque: Présent
Voir le profil de l'utilisateur http://time-is-running-out.forumactif.org
Timelord Insanity Creation
Elle avait l’air emballée quant à l’invitation au Savoy. J’avais beau ne pas avoir la mémoire de l’Aelia de Sherlock, il l’avait emmené une ou deux fois là-bas. J’imagine l’excitation de mon autre moi-même ! Peut-être qu’au détour d’un voyage il m’y emmènera lui aussi. On trinque. Je souris apparemment ce repas lui fait vraiment plaisir. Même si je savais qu’elle ne ressentait pas la faim, tout comme moi, vu que son corps était entre deux battements, je savais qu’à mon contact je pouvais assurément progressivement réhumaniser son corps.

Après mes explications, elle semblait mieux saisir le lien qui m’unissait à mon TARDIS. Même si c’était difficile à croire. Mais Clara avait cette sensibilité… Elle pouvait comprendre. Mais je devais lui donner quelques détails…


- Ma mère était une concubine du Maître… IL n’a jamais reconnu ses enfants… Moi et… Mon frère jumeau… Elle n’était pas de Gallifrey et elle n’était pas un seigneur du temps. Quand je me suis rebellée… Rassilon Prydonius qui était à l’époque le lord president de Gallifrey l’a assassinée et à fait brûler son corps en place publique pour un exemple, soi-disant pour montrer ce qui attend les traitres… Mais ma mère n’a jamais trahi bien au contraire… C’était juste un… Prétexte pour reprendre le Maître sous son emprise… Au lieu que son âme disparaisse, avec le peu de force qui lui restait, elle a réussi à… Je ne sais comment à prendre possession d’un TARDIS ce TARDIS… Je sais que tu peux comprendre… Vu le passé que tu as traversé ma grande…

Oui, elle aussi elle avait perdu ses parents. Et le plus terrible c’est que vu son état actuel elle ne pourra jamais les revoir. Sauf si je trouve une solution quant à son état, sauf si je me montre plus douée que le Docteur lui-même. Quitte à ce que j’aille dans les coins et recoins les plus reculés de l’univers et du temps. Oui, même si elle ne m’avait pas tout dit pour le moment, j’étais fermement déterminée à la sortir de ce mauvais pas. On trinquait à Irena et j’ai porté un toast aux personnes qu’on avait perdu : Irena, mon frère et elle ses parents, ses amoureux… Oui, j’avais tout compris, tout suivi, j’avais été présente dans tous les cas, mais c’était vrai que cela faisait un moment que je ne l’avais plus revu.

J’ai ri de bon cœur à sa remarque et le Tardis fit ronronner ses réacteurs. La colonne centrale était très ensoleillée, pas un seul nuage.


- Ha ha ha ! Oui j’avoue, je suis blonde maintenant… Mais apparemment quand j’utilise vraiment mes pouvoirs, ça tire sur le rouge, vas comprendre !

Le temps s’est vite gâté. Malgré le fait qu’elle mangeait de bon cœur, il y avait quelque chose qui ne me plaisait pas, quelque chose qui m’interpellait chez elle. Son état ? L’inévitabilité de cette « mort » ? Aucune chance pour que je laisse faire sans réagir ! J’avais un avantage, mon immortalité et mon état et il était hors de question que je ne m’en serve pas. Elle me fit rougir quand elle remercia Irena, même ronronnement un peu plus prononcé. Je l’écoute attentivement quand elle me fait son récit… Un corps quantique, une personnification de la Mort… Un pacte avec son utilisateur qui se retrouve avec le pouvoir de vie et de mort, une aberration, encore pire que moi. Quand elle fit qu’elle n’avait pas pu réfléchir à toutes les options, je n’ai pas pu m’empêcher d’acquiescer…

- Evidemment que je vais t’aider… Je ne te laisserai pas te faire gober toute crue par cette mort… Car la mort pour des gens comme nous n’est pas si inéluctable…

La rage m’envahit. Il était hors de question que cette ombre quantique l’emporte loin de moi. J’avais enfin une petite sœur, et en tant que grande sœur, il fallait que je la protège, envers et contre tout… Oui il y avait des moyens, oui j’ai bien dit des. Ils étaient tous plus ou moins risqués et je savais que le ou les Docteurs feraient tout pour m’en empêcher. Je n’avais qu’un allié dans cette histoire, et cet allié, c’était Alaric ! Bon il y avait Sam aussi qui avait une intelligence rare, mais comparé au pouvoir de deux aberrations timelordiennes, il était en vérité tout petit… Je pose ma main sur celle de Clara et je capture son regard pour ne plus le lâcher…

- Ecoute-moi bien ! Tu es la fille Impossible, ce qui est inéluctable pour les autres, peut ne pas l’être pour toi ! Tu as prouvé plusieurs fois que rien ne t’était impossible, tu es même allée dans la courbe temporelle du Docteur. Tu es déjà morte plusieurs fois en le sauvant, alors une fois de plus, qu’est-ce que ça change… Même si cela te semble différent, elle n’est pas plus grave que celle de Londres, ou avec les Daleks… Non, ne dis rien… Je sais ce que tu penses… Non c’est impossible elle ne peut pas dire vrai… Bah désolée de te décevoir, j’ai déjà la solution en tête…

Je souris doucement et je ne lâche pas sa main et fixe mon regard dans le sien pour qu’elle soit parfaitement capable de voir que je ne plaisantais pas. Oui, la solution était toute trouvée !

- Si je trouvais… Un moyen de retrouver l’ombre quantique avant qu’elle ne te trouve ou trouver son véritable propriétaire, que je m’y prends suffisamment bien vu ma condition je suis unique… Et que je reporte ton contrat… Sur moi…

Je lui fis signe de me taire, alors je lui ai mise une bouchée de salade mozza dans la bouche en lui faisant signe de faire silence.

- Chuuuut ! Je réfléchis… Je suis une aberration aussi bien vivante qu’intemporelle, les Timelords m’ont rendu presque invincibles… Et c’est bien la première fois que je suis heureuse d’être comme cela… Dans le pire des cas, quand l’ombre quantique me percutera… Je tomberais dans le coma… Ce n’est qu’un bien mince contretemps… Il suffira juste de me tuer pour que je revienne à moi… t’en fais pas j’ai déjà testé ! Sans l’ombre quantique, c’est vrai, mais ça ne doit pas être bien différent !

Mon enthousiasme et mon regard aurait presque suffi à faire taire les contestations, j’étais sûre de moi. Je savais que mon plan était trèèèèèès dangereux et qu’elle désapprouvait, mais dans l’autre sens, si ça lui permettait de reprendre une vie quasi normale ? Si ça lui permettait, quand la mort humaine viendra la prendre de revoir ses proches… C’était le plus beau des cadeaux que je pouvais lui faire non ?


Die for you, I'd do this again

“HEY, IT'S REALLY ME
I am not dead, I am still here, I need you because I love you!” ▬ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Sam 18 Fév - 20:25
avatar
Messages : 91
Date d'inscription : 27/11/2013
Age : 33
Localisation : Londres

Fiche Personnage
Age: 0
Groupe: Doctor's Compagnon
Epoque: Présent
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai la vie la plus palpitante et la plus géniale que je puisse imaginer, alors pourquoi je ne cesse de penser à la mort? Je n'y pensais pas lorsque je voyageais aux côtés du Docteur. J'ai pourtant risqué ma vie plus d'une fois. Lorsqu'il a fallu que j'affronte la grande faucheuse, je l'ai fait droite et digne, refusant de reculer et de m'enfuir face à la fatalité. Je n'avais à ce moment là eu que quelques instants pour accepter mon sort et je sais qu'il s'agissait de la réaction la plus sage et la plus correcte à adopter. Mais... Aujourd'hui, ce n'est pas tant ma nature immortelle (dont je viens réellement d'apprécier toute l'expression aujourd'hui) qui me rebute, que la totalité et irrémédiablement de ma mort. J'ai toujours cru au Paradis et à l'Enfer. A une vie après... Sans savoir à quoi m'attendre je savais que celle-là arriverait, du plus profond de mon âme. Mais... Aujourd'hui, je sais qu'il n'y aura pas de vie après la mort, pas de survivance de mon esprit... Pas de moyen de revoir mes parents, mes proches.. Danny! C'est bien cela que je ne parviens pas à accepter, que mon coeur immobile refuse de supporter.

Je viens d'exposer mes états d'âme à Ael. Je viens de lui exprimer mon ressentiment. En face de ce repas parfait, de ces saveurs magiques me rappelant à bien des souvenirs agréables. Je sais qu'elle peut me comprendre... Et d'autant après avoir entendu l'histoire de sa mère. Une femme qui se trouvant face à la mort l'a trompée en s'intégrant à l'âme d'un TARDIS. Une opération probablement risquée. Mais quel risque minime face à la chance de pouvoir exister aux côtés de son enfant, je vous le demande? Je n'aurai surement jamais d'enfant d'ailleurs. Quelle tristesse, moi qui les aime tant! Je me suis toujours sentie mère dans l'âme. Peut-être est-ce pour cette raison que je me suis toujours sentie si proche du Docteur... Un enfant perdu, à n'en pas douter, un peu turbulent, mais tellement attachant.

Toutefois, en exposant ce que j'avais sur le coeur depuis maintenant un an, je n'imaginais pas que mon amie saute sur l'occasion pour s'emballer. J'avais espérer qu'elle calme mes ardeurs, qu'elle me rassure, qu'elle me dise peut-être que rien n'était impossible... Mais qu'elle demeure posée. C'était sans compter sur son caractère explosif et emporté. Je l'avais été moi-même quelques instants avant, je ne pouvais lui reprocher cette envolée. J'avais cependant espéré l'inverse...

Ses mots étaient bien choisis cependant... Tirant même sur l'humour. La mort n'est pas inéluctable pour des gens comme nous? J'en suis bel et bien la preuve non. Mais je me sais être aussi un accident de parcours!

Cependant, malgré mon envie d'y croire, une part de moi n'arrivait pas à accepter ce qu'Ael était en train de dire. Surement parce que je n'étais pas prête à affronter le corbeau, même si toute éventualité qu'il me percute arrive. J'avais l'impression que quelque chose devrait se passer dans mon existence avant que j'accepte de lui faire face à nouveau... Quoi? Je n'en savais encore rien... Mais Ael me coupait déjà l'herbe sous le pied. Sa main sur la mienne, son regard dans le mien, je me sens comme hypnotisée et incapable de dire quoi que ce soit.

Sa proposition me fait cependant ouvrir grand les yeux... Des idées oui, mais hors de question qu'elle mette son existence en danger pour moi! Cette mort pourrait bien prendre sa vie, aussi immortelle qu'elle soit! Parce qu'il ne s'agit pas seulement de s'endormir pour l'éternité, c'est perdre tout ce qui est en nous... Je refuse que cela lui arrive et entends bien lui faire entendre raison... Mais je me retrouve avec de la tomate dans la bouche. J'essaye de mâcher aussi vite que possible mais rien n'y fait, quand Ael est partie, rien ne saurait l'arrêter. Son enthousiasme aurait pu être contagieux, si je savais qu'elle mesurait vraiment les risques de ses idées. J'en doutais, malheureusement. Elle était loin de savoir à quelle réalité j'avais été confrontée une année auparavant.

Je finis de mâcher ma salade... Je sais qu'elle pense tout ce qu'elle dit, je sais qu'elle veut faire cela pour moi... Je sais que si la situation était inversée, je ferais de même. Mais je sais aussi qu'elle n'a pas encore tous les éléments en main pour prendre réellement conscience du danger de la situation. Et si... Oui, si elle arrivait à prendre le contrat sur sa tête. D'accord, admettons même que cela soit possible. Le corbeau lui volerait son âme. Son corps pourrait peut-être revenir à la vie... Mais, et si son âme était à tout jamais ébranlée, pour ne pas dire évincée... Et si son corps ne devenait alors qu'une enveloppe sans esprit. La pire des situations que nous pourrions rencontrer. Me est vivante pour l'éternité, consciente de tout, ressentant tout... Un corps humain dans sa plus pure conception, capable du meilleur comme du pire, fragile mais incapable de mourir. Et si Ael, à cause de moi, de ma bêtise... Et de celle du Docteur, aussi, un peu... Devenait un être vivant, mais sans conscience, sans esprit, sans âme... Une coquille vide pour l'éternité.

"Je ne peux pas te demander ça, Ael!" Finis-je par dire. Et je savais qu'elle savait que je finirais par dire ça. Oui, le problème était là, je ne pouvais pas seulement m'en tenir à ça. Je secoue la tête.

"Ecoute... Je n'aurais jamais dire ça... C'est mon coeur qui a parlé, pas mon cerveau. Je ne fais que dire des bêtises. Tu m'aideras bien plus en demeurant l'amie que tu as toujours été qu'en risquant ta vie pour sauver ma pauvre petite personne insignifiante."

J'attaque une nouvelle bouchée de chausson à l'italienne.

"Et puis... J'ai une existence plutôt confortable non? Une vie plutôt... Enfin, une vie... Mais j'ai de la chance dans tout ce qui m'est arrivée. Je ne suis pas seule, j'ai des supers amis et..."

Et je savais que Ael ne croirait pas un seul mot de ce qui était en train de sortir de ma bouche. Je devais trouver un autre angle d'attaque. Je repensais à ce qui m'était arrivé quelques heures plus tôt, la voiture, la chute tout ça... Pendant une fraction de seconde, infime, j'avais eu la sensation de retrouver ma vie dans cette mort me fonçant à nouveau dessus.

Et c'était sans parler de cette larme... Unique, solitaire, mais réelle. Mon corps avait semblé être mit sur pause pendant un an, une pause totale... Et pourtant, il semblait encore capable de réagir. Je ne voulais pas penser au fait que j'avais cru pouvoir dormir dans le bain, cela me semblait inenvisageable. Mais peut-être que mon corps finirait par se réactiver, comme le Docteur l'avait espéré. Peut-être le temps et l'espace n'étaient-ils pas suffisants pour cela? Peut-être faudrait-il des déclencheurs plus puissants, plus... Agressifs, physiquement ou émotionnellement. Et si jamais, par le plus grand des hasard, ma vie revenait réellement... Le corbeau pointerait-il son nez, me retrouvant enfin comme il m'avait laissé. Et là, il serait peut-être temps de réfléchir... Je ne pouvais pas dire tout ça à Ael, non, pas tout de suite. Je ne voulais pas lui donner encore davantage d'idées. Pour le moment, je voulais juste partager sa présence. Retrouver une partie de moi laissée de côté trop longtemps.

"N'en parlons plus! Dis-je d'un geste de la main en posant l'autre sur la sienne dans un sourire. Dis-moi plutôt... Tu es déjà allée au Savoy toi? Il parait que c'est un endroit incroyable, je suis impatiente de voir comme c'est..."

Je levai mon verre mais cette fois, à l'attention d'Ael!

"A la meilleure amie qui soit! Un peu excessive parfois... Mais de celles sur qui on peut compter en toutes circonstances! Je suis vraiment ravie d'être tombée sur toi... Mais... Qu'est-ce que tu faisais là, toi, au fait?"

J'essayais de me concentrer sur l'instant présent, oublier l'accident et même la dernière année...



The Impossible Girl
Revenir en haut Aller en bas
Dim 26 Fév - 17:11
Timelord Insanity Creation
avatar
Messages : 637
Date d'inscription : 20/07/2013
Age : 922
Localisation : Au manoir

Fiche Personnage
Age: 920 ans
Groupe: Timelords
Epoque: Présent
Voir le profil de l'utilisateur http://time-is-running-out.forumactif.org
Timelord Insanity Creation

Evidemment ma proposition fit sortir Clara de ses gongs. Elle ne voulait pas ? Bah moi j’avais enfin un objectif, outre aider Cromwell à s’habituer à sa nouvelle condition et continuer de protéger Leander des autres qui ne comprenaient rien à ce qui pouvait ressentir. Je comprenais parfaitement la réaction de la jeune fille après tout, j’avais sorti ça, mais était-ce possible ?

-Heu ? Personne insignifiante ? Ca va pas de dire quelque chose pareille ? Si la place n’était pas déjà prise je te dirai que tu es la personne la plus importante dans l’univers… Mais tu es la Fille Impossible, par conséquent tu ne peux pas être insignifiante réfléchis ! Et puis, quoiqu’il arrive, je serai toujours là pour toi ! J’en ai vu pire tu sais !

J’étais quand même une des seules Timeladies capable de regarder le cœur du TARDIS sans risquer de devenir folle ou une divinité vengeresse, mais ça évidemment je le gardais pour moi…


-Ne cherche pas Clara à me faire oublier cette idée… Tu sais que quand j’ai une idée elle n’est pas ailleurs… Pour ce trait de caractère, tu peux remercier les Docteurs !

Etait-ce possible ? Reporter le contrat sur sa tête sur un être comme moi. Quoiqu’il en soit j’osais espérer que la réponse serait positive. Clara me connaît suffisamment pour savoir que j’allais essayer malgré ses réticences, malgré ses craintes de me perdre. D’autre part, elle savait que je ne pouvais pas me permettre de mourir, j’avais résisté et survécu à Virtual, j’avais réussi à combattre, j’avais tenu bon, pour tous les gens qui m’étaient chers, dont elle, Leander, Chris, Will et tous les autres… Donc évidemment je n’allais pas tout perdre, même si je ne pouvais pas viscéralement la laisser comme ça… Quoiqu’il en soit, je comptais bien utiliser mes pouvoirs d’hypnose et de persuasion quelques temps, car apparemment, la larme solitaire n’était pas tombée par hasard, et semblait me prouver que je pouvais faire encore mieux… Il fallait que je l’aide, à retrouver sa propre « humanité » et si jamais le corbeau revenait la chercher, je serai là et avec ou sans aide, le Corbeau sera obligé de changer de cible !

N’y pensons plus, ok, momentanément pour ma part, j’ai besoin de Cyber sur ce coup-là… Bien qu’il ne me laisserait pas faire sans y mettre son grain de sel.


-Personnellement non…  Le Huitième a promis de m’y emmener… Mais le premier à m’en avoir parlé c’est Sherlock. Il a emmené mon autre moi… Enfin celui de sa dimension là-bas… Il paraît que c’est le plus chic et le plus grand restaurant de Londres… Je pense que si je nous dénichais un cavalier pour y aller, cela ferait moins anormal ! Leander par exemple…

Tant qu'à faire, autant choisir un beau gosse! Je n’avais dit pas cela par hasard… J’avais toujours eu un gros kiff sur lui. Faut dire qu’on ne se lâchait pas beaucoup, au grand dam de Sam et d’Eighth. On levait nos coupes et Clara porta un toast ce qui eut pour effet de me faire rosir et mes pupilles devinrent améthyste. Quand elle me demanda ce que je faisais ici, mes yeux prirent une teinte plus grisonnante. Aïe, question subsidiaire…

-Ben… Je suppose que j’avais besoin de calme… J’ai quelques réparations à faire sur le TARDIS… Je voulais m’éloigner un peu… Et puis j’ai toujours apprécié ce coin… Ya pas un chat qui se ballade… D’habitude…

Fis-je en levant les yeux sur elle, avec un petit air moqueur tout en buvant tranquillement une gorgée de ma coupe de champagne.


Die for you, I'd do this again

“HEY, IT'S REALLY ME
I am not dead, I am still here, I need you because I love you!” ▬ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Time Is Running Out! :: Le Présent :: La Terre :: Europe :: Royaume-Uni & Irlandes :: Londres :: Bord de la Tamise et les docks-